Un site utilisant WordPress.com

Archives de avril, 2012

Pas de politique dans l’islam ?

Pas de politique dans la religion, et pas de religion…

Al-Lajnah ad-Dâ-îma & SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Les éminents savants de Lajnah ad-Dâ-îma ont expliqué que la religion Islamique est venue avec la politique authentique entre les états musulmans et les autres, que ce soit en état de paix comme en état de guerre. Elle comprend également la politique authentique que les gouverneurs des musulmans doivent appliquer pour gérer les affaires de la nation musulmane dans la vie d’ici-bas et sur le plan religieux.

Quant à la mauvaise politique, basée sur la perversion, la trahison, le mensonge, la violation des pactes et engagements, le non accomplissement des serments, elle n’est pas incluse dans la religion Islamique. Celui qui étudie les textes du Livre, la Sounnah du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) et sa biographie pratique, trouvera certes la politique véridique, sincère et juste à l’égard de ceux qui l’appliquent et de ceux qui la refusent. [1]

La politique Islamique (Légiférée) est celle qui est basée sur le Livre (d’Allâh) et la Sounnah ; et cela avec justice de la part de celui qui gouverne, écoute et obéissance pour les gouvernés. Cela comme Allâh – Ta’âla – le dit :

« Certes, Allâh vous commande de rendre les dépôts à leurs ayants droit, et quand vous jugez entre des gens, de juger avec équité. »

Jusqu’à :

« Ô les croyants ! Obéissez à Allâh et obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. » [2] [3]

SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh (qu’Allâh le préserve) a expliqué que l’Unicité d’Allâh – Djalla wa ‘Ala – se concrétise dans l’obéissance et l’application véritable de l’attestation qu’il n’y a de divinité si ce n’est Allâh, et que Muhammad est l’Envoyé d’Allâh. Et cela n’a lieu pour les adorateurs que quand ils jugent avec ce qu’Allâh – Djalla wa ‘Ala – a révélé à Son Envoyé. Et délaisser le jugement avec ce qu’Allâh a révélé à Son Envoyé, pour les lois dignes de l’époque de l’ignorance, ou les lois inventées par les hommes, ou des jugements liés aux coutumes tribales ou tout autre jugement qui contredit ce qu’Allâh – Djalla wa ‘Ala – a révélé, est de la mécréance majeure à l’égard d’Allâh et rend caduque l’attestation de foi qu’il n’y a de divinité si ce n’est Allâh et que Muhammad est l’Envoyé d’Allâh.

Et cela a été la raison pour laquelle SHeikh Muhammad Ibn ‘Abdel-Wahab (rahimahullâh) a nommé l’un de ses chapitres (dans le livre de l’Unicité) ainsi, afin d’expliquer que le jugement par ce qu’Allâh a révélé est obligatoire, et juger avec une loi autre que ce qu’Allâh a révélé dans les affaires des justiciables, et cela en substitut du Qor’ân (Coran), est du polythéisme majeur à l’égard d’Allâh – Djalla wa ‘Ala – en plus d’être de la mécréance qui fait sortir de la religion Islamique. L’imâm SHeikh Muhammad Ibn Ibrâhîm (rahimahullâh) a débuté son ouvrage intitulé « Les lois des hommes » par les paroles suivantes : « La mécrance majeure manifeste consiste à élever les lois humaines maudites au niveau de la révélation posée par l’Esprit de vérité (Djibrîl – l’Ange Gabriel) dans le cœur du maître des Envoyés (Muhammad sal Allah alayhi wa salam), afin que ces lois soient une référence législative pour les mondes, ce qui annule et s’oppose à ce qu’a révélé le Seigneur de l’univers. » Fin de ses propos dans son sens. [4]

Notes

[1] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 23/401-402

[2] Coran, 4/57-58

[3] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 23/401

[4] Al-Tamhîd li-Charh Kitâb it-Tawhîd de SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh, p.405-406

voir: http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article666

——————————————-

Les parenthèse en couleur orange sont des  clarifications que j’ai ajouté moi même afin de facilité la compréhension du lecteur.

Sinon concernant cet article c’est une excellente réponse à ce que disent les médias ou certains penseurs, que l’islam et l’état doivent être séparé, que la religion doit se manifesté seulement dans la maison des individus etc… tous cela n’éxiste pas en islam, la religion et l’état font un, l’état gouverne par les lois d’Allah, elles sont les plus justes et les plus droites, elles englobent tous les domaines de la vie des individus (les sanctions, l’économie, les transactions, la préservation de la vie des gens, de leurs biens, de leurs raisons, leurs éducations, etc…) C’est pourquoi il est totalement faux de vouloir séparé l’état du religieux en islam.

Cela à pu être le cas chez les chrétiens ou autres, car leurs livres ont subis des altérations, des modifications, des adaptations, ceci car leurs prescriptions ne sont pas adaptés à toute époque et sont imparfaite, mais ceci ne concerne pas les musulmans qui suivent la voie du prophète Muhammad sal Allah alayhi wa salam valable à toute époque et parfaite en tout temps….

 

la Umrah et le Hadj à prix intéressant.

Le Hadj et la Umrah à prix intéressant

 

Salam alaykoum,

Pour ceux qui veulent accomplir la Umrah ainsi que le Hadj à prix réduit, voici un site intéressant :

http://tawaf.fr/

L’équipe Tawaf organise pour vous votre voyage en Terre Sainte : Hajj, Oumra toute l’année, Umra Ramadan !!! tel: 01 75 43 43 39 / fax: 01 75 43 81 03 email: omra@tawaf.fr !!!

Le Coran miracle du prophète Mouhammad sal Allah alayhi wa salam

Le Miracle du Coran

Je voulais faire partager cette vidéo, qui est une traduction sous-titré du Saint Coran récité lors d’une prière ( en effet en islam, le musulman récite du Coran lors de sa prière).

Je tenait à faire cela, car de nombreux musulmans souvent à cause des médias, ne connaissent l’islam qu’aux travers de cliché (terrorisme, manque de liberté, etc..)

Toutefois une simple question posé à ce genre de personne sur les bases de l’islam et la croyance islamique en mettrait plus d’un dans la confusion et l’hésitation.

Si l’on demanderait simplement quel son les 5 piliers en islam ? quels sont les piliers de la Foi islamique ? ils ne sauraient que répondre.

D’autre ignore qu’en islam nous croyons en tous les prophètes (Noé, Abraham, Ismaël, Lot, Moïse, Aaron, Jésus fils de Marie et bien d’autres encore). Le prophète Mouhammad sal Allah alayhi wa salam est le dernier d’entre eux.

Il a transmis la révélation qu’Allah lui révélait, Allah préserve le Saint Coran de toute altération, de tout changement, d’ajout ou retranchement. Depuis des siècles il est appris par coeur dans le coeurs des hommes, femmes et enfants et ce jusqu’à nos jours.

C’est l’occasion pour vous de venir écouté ce miracle, car puisque Celui qui l’a révélé est le Créateur de toute chose, personne ne peut égalé ce Coran, la justice de Ses prescription et les enseignements qu’il contient, linguistiquement également aucun être humain ne pourrait jamais faire pareil.

« Dis : « Même si toute l’humanité et les djinns s’unissaient pour produire quelque chose de similaire à ce Coran, ils ne sauraient rien produire de semblable, même s’ils se soutenaient les uns les autres. » (Coran 17:88)   

Voici le lien de la vidéo pour écouté et lire la traduction :

http://www.dailymotion.com/video/x8m6mr_sourate-al-waqi-a-l-evenement-al-jo_news

Notre frère Abdel Malik firansi (convertis à l’islam et diplômé de l’Université islamique de Médine) donne concernant ci-dessous un résumé du contenu de ce chapitre du Coran :

Thèmes Traités :

Il y est question de l’Au-delà, du Monothéisme et de la réfutation des soupçons que les mécréants de La Mecque faisaient peser sur le Saint Coran. Il leur semblait impossible que tout le système formé par les cieux et de la terre soit bouleversé, les morts ressuscités et astreints à rendre des comptes, après quoi les justes seraient admis au Paradis et les damnés jetés en Enfer. Ils considéraient tout ceci comme une pure chimère qui ne pourrait jamais devenir réalité. En réponse à leurs dires, il fut révélé :

« Lorsque l’événement inévitable surviendra, il ne se trouvera personne pour nier sa venue, ni pour avoir le pouvoir de la prévenir, ni pour établir la preuve que c’est une chose irréelle ». Ce jour-là les hommes seront répartis en trois catégories :

1.      Les hommes de l’élite, premiers en rang et en position ;

2.      La masse des hommes justes ;

3.     Ceux qui nièrent l’existence de l’Au-delà et persistèrent dans la mécréance et le polythéisme et augmentèrent le nombre de leurs péchés.

La façon dont chacun de ces groupes sera récompensé ou châtié est exposée en détail du verset 7 au verset 56.

Puis, du verset 57 au verset 74, sont donnés successivement les arguments qui prouvent la véracité de deux dogmes fondamentaux de l’Islam que les mécréants refusaient, et qui sont ceux du Monothéisme et de l’Au-delà.

À travers ces arguments, laissant de côté le reste de la Création, on attire l’attention de l’homme sur son propre corps, sur la nourriture qu’il mange et l’eau qu’il boit, sur le feu au moyen duquel il cuit sa nourriture.

Il se voit invité à répondre à cette question : En vertu de quel droit prétendez-vous adopter un comportement indépendant vis-à-vis de Dieu, ou bien lui associer d’autres divinités dans votre adoration, alors qu’il est Celui dont la Puissance créatrice vous permet l’existence et à Qui vous devez votre subsistance ? Comment pouvez-vous nourrir l’idée que, vous ayant donné l’existence une première fois, Il serait à présent si démuni et dénué de pouvoir qu’Il ne pourrait vous ramener à l’existence une fois de plus si telle est Sa volonté ?

Ensuite, du verset 75 au verset 82, les soupçons des mécréants à l’égard du Coran font l’objet d’une réfutation, et ces hommes sont amenés à prendre conscience de leur heureuse situation, eux qui au lieu de tirer quelque profit de cette grande bénédiction qu’est le Coran, ne lui prêtent que peu d’attention et s’obstinent dans leur refus de la Sainte Parole. Si l’on examine sérieusement l’argument incomparable tenant en deux phrases concises et affirmant la véracité du Coran, on y trouvera la même structure solide et ferme que celle qui caractérise le système des étoiles et des planètes à l’échelle de l’Univers et cette similitude est la preuve que son Auteur est bien Celui qui a créé l’Univers.

Puis il est dit aux mécréants que le Livre est inscrit sur le Livre de Destinée hors de portée des créatures, comme pour dire : « Vous croyez que ce sont les démons qui l’apportent à Mohammad – paix et bénédictions sur lui – alors que nul autre que les anges purs ont accès aux voies par lesquelles il parvient à Mohammed paix et bénédictions sur lui – depuisla Table Gardée »

En conclusion, l’homme se voit averti de la sorte : « Tu peux te vanter et te glorifier de tes actes comme tu veux et fermer tes yeux aux vérités éternelles, dans ta soif arrogante d’indépendance.

Mais la mort saura t’ouvrir les yeux. Devant la mort te voilà démuni : tu ne peux sauver tes propres parents, tu ne peux sauver tes enfants, tu ne peux sauver tes chefs vénérés, si bien guidés sur la voie de la religion. Ils mourront tous devant toi tandis que tu les contempleras impuissant. S’il n’est aucun pouvoir suprême régissant ta destinée et que tu dis vrai lorsque tu prétends que tu es tout dans l’univers et qu’il n’y a pas de Dieu, alors pourquoi ne restitues-tu donc pas la vie aux morts ? Aussi vrai que tu es impuissant dans cette situation, il ne t’appartient pas d’empêcher Allâh d’appeler les hommes à rendre des comptes et de les rétribuer ou les châtier.

Que tu le croies ou non, toute personne qui meurt connaîtra avec certitude sa propre fin après la mort. Si elle fait partie des rapprochés, elle verra la fin heureuse qui leur est réservée. Si elle fait partie des justes, elle verra le sort réservé aux justes. Et, si elle est de ceux qui renient la vérité, elle verra la fin réservée aux criminels.

Pour ceux qui voudrait en savoir plus sur l’explication de ce chapitre du Coran, vous pouvez revenir à ce lien :

http://www.dourouss-abdelmalik.com/index.php/audio/le-noble-coran/1-explication-de-la-sourate-l-evenement.html

3 audios y sont  disponible.


Qu’est-ce que le Salafisme et les Salafis ??

Qu’est-ce qu’un Salafis ?

As-Salamou ‘alykoum wa rahmatullahi wa barakatouh.

Comme je l’avais évoqué dans un précédent article concernant les « évènement de Toulouse » où les médias ont mélangé beaucoup de chose entre l’islam, le terrorisme et la voie de la salafya (qu’ils appellent « Salafisme »), ceci afin de semer le trouble chez les musulmans ignorant de leurs religion ainsi que parmi les non musulmans. 

Je n’est pas été surpris de voir certains parmi les politicien(nes), les médias, voir même de personnalité connue parlé à tort et à travers une nouvelle fois de l’islam. Parfois ce sont même des gens qui se réclament de l’islam que l’on expose sur ces plateau télévisé afin de vouloir donné plus de crédit à leurs thèse et afin de dénigré l’islam à l’exemple de M.Sifaoui etc.. (qui n’est en rien une référence religieuse).

Mais tout cela n’est en rien étonnant :

Allah dit dans le Coran (dans le sens de la traduction approximative et sa sera le cas de tout verset cité dans ce texte) :

« Ils veulent éteindre avec leurs bouches la lumière d’Allah, alors qu’Allah ne veut que parachever sa lumière, quelque répulsion qu’en aient les mécréants.» (Sourate 9 verset 32).

Nous avons vu lors de ces évènements que les termes « salafis » et « salafisme » sont souvent revenus, surtout pour les liés aux terrorismes. C’est pourquoi le but de mon article sera de clarifier le sens de ces termes (ce qui est indispensable dans ce sujet), en effet bien comprendre un terme aide à la compréhension du sujet. Si une personne ignore les implications de ces termes elle ne pourrait parlé objectivement et correctement du sujet et de surcroît le comprendre !

Lorsque vous aurez compris la vrai signification de ces termes et ce qu’ils impliquent, alors vous comprendrez pourquoi les médias ont attaqués de toute part ces derniers temps la voie des salafis et les salafis eux même afin de porter finalement une attaque à l’encontre de l’islam lui même.

Il résultera à la fin de cet article une conclusion:

Soit les politiciens, les médias et autres savent très bien ce qu’est un salafis et la voie qu’ils suivent et mentent volontairement aux gens. Soit ils ignorent ce qu’est la voie des Salafis et les Salafis, dans ce cas cela démontrera leurs grande incompétence et que ceux-ci  parlent sans aucune science sur un sujet qui les dépassent complétement. En ce qui me concerne le 1er cas me semble être ce qui leurs correspond.

1) Qu’est-ce que la voie de la Salafiyah ( le salafisme comme ils l’appellent).

Dans la fatwa du Comité (des grands savant d’Arabie Saoudite) permanent , n°1361 (1/165), il apparaît ceci:

« La Salafiya (ce qu’ils appellent le « Salafisme ») est une attribution aux Salaf (prédécesseurs), et les Salaf sont les Compagnons du messager d’Allah (sallallahu ‘alyhi wa sallam) , et les imams de la Guidée parmi les trois premières générations (qu’Allah soit satisfait d’eux), ceux dont le bien a été attesté par le messager d’Allah (sallallahu ‘alyhi wa sallam) : « Les meilleurs gens sont ma génération, puis ceux qui les suivent, puis ceux qui les suivent, puis il viendra des gens dont le témoignage précèdera leurs serment, et leur serment précèdera leur témoignage. » (rapporté par Ahmad, et aussi Al-Bukhari et Mulsim.) (fin decitation ici)

C’est donc comprendre le Coran et la Sunnah (tradition prophétique) celon la compréhension des pieux prédécesseurs. Il faut savoir que cela n’est pas une chose qui est simplement demandé aux musulmans, une chose qui est préférable, laisser aux libre choix de chacun, non. Suivre cette voie et cette compréhension de l’islam est une obligation.

En effet les pieux prédécesseurs sont ceux qui ont le mieux compris la religion de l’islam ont trouve parmis eux les compagnons du prophète Muhammad sal Allah alayhi wa salam qui nous ont transmis le message, qui sont ceux qui ont le mieux compris les paroles et actions du prophète sal Allah alayhi wa salam, ceux qui ont le mieux compris le sens visé par le Saint Coran, étant donné qu’ils ont vécu à ses côtés et écouté les explications du prophète sal Allah alayhi wa salam, l’ont suivis et observé dans ces moindres gestes durant des années voir même jusqu’à sa mort pour certains compagnons.

C’est pourquoi Allah dit dans le Coran :

Allah, le Très-Haut, dit : « Les tout premiers [croyants] parmi les Emigrés et les Auxiliaires et ceux qui les ont suivis dans un beau comportement, Allah les agrée, et ils L’agréent. Il a préparé pour eux des jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, et ils y demeureront éternellement. Voilà l’énorme succès. » [Sourate At-Tawba : 100]

Nous voyons donc qu’Allah a promis l’agrément pour tous ceux qui vont suivre les premiers croyants. Hors la Salafyah (qu’ils appellent le salafisme) n’est rien d’autre qu’un suivis du prophète Muhammad (sal Allah alayhi wa salam), de ses compagnons et ceux qui les ont suivis dans le bien, c’est un suivis de leurs croyance, de leurs comportement, un suivis de leurs compréhension et explication des textes. Sachez que les preuves textuelles sont nombreuses dans le Coran et la Sunnah concernant l’obligation des musulmans de suivre cette voie.

Rappelons que la parole du prophète Muhammad sal Allah alayhi wa salam cité plus haut (en bleu) concernant les meilleurs générations ainsi que le verset cité plus haut (en vert) concernant le faite de suivre les tous premier croyant suffit largement comme preuve mais nous allons en cité d’autre insha Allah.

Allah dit : « et suis le sentier de ceux qui se tournent vers Moi. » [Sourate Luqman : 15] hors tous compagnons du prophète Muhammad sal Allah alayhi wa salam se tournaient vers Allah. Il est donc obligatoire de suivre leurs sentier en terme de croyance, compréhension de la religion et de comportement, ce sentier n’est rien d’autre que le sentier du prophète Muhammad sal Allah alayhi wa salam qui lui même mettait en application l’islam tel qu’il fut révélé.

Il éxiste de nombreuses autres preuves concernant cela mais pour ne pas être très long nous nous contenterons de cela, ceci est amplement suffisant pour celui qui recherche la vérité concernant ce sujet. Il n’y a donc rien a reprocher à cette voie, bien aux contraires il est obligatoire à tout musulman d’emprunter ce chemin mais également à tous non musulman.

Il est ici important de mentionné que certains médias ont compris que la voie de la Salafya (qu’ils appellent salafisme) consistait à suivre le prophète Muhammad sal Allah alayhi wa salam ainsi que ses compagnons dans leurs pratique de l’islam. Ont peut lire ceci sur l’un de leurs site:

« Aujourd’hui, les salafistes les prennent pour exemple et appellent à un retour à « l’islam des origines », expurgé de la bidaa ou des « innovations blâmables » qui, de leur point de vue, pervertissent la religion. » (le figaro)

On peut lire ailleurs :

« C’est un mouvement ultra-orthodoxe de l’islam qui prône un retour aux fondamentaux de la religion musulmane et à la manière dont les « salaf », « les ancêtres pieux », c’est-à- dire, les compagnons du prophète Mahomet (Muhammad), ont compris et appliqué l’islam. » (lci tf1)

Dès lors que ces mêmes médias (certains parmis eux) ont compris les implications de la Salafya (qu’ils appellent « salafisme »), est-il juste qu’ils blâment ensuitent le musulman qui suit ce chemin ? est-il juste de faire peur aux musulmans ainsi qu’aux non musulmans avec ceux qui empruntent ce chemin ? Non ! puisque nous avons vu plus haut qu’il est obligatoire à tous musulman de suivre la voie du prophète Muhammad sal Allah alayhi wa salam ainsi que celle de ses compagnons et ceux qui les ont suivis dans le bien.

Maintenant que nous avons compris le sens et les implications du Minhaj Salafi ( la voie de la Salafyah (qu’ils appellent « salafisme) ) nous allons voir qui sont les Salafis.

2) Qui sont les Salafis ?

Cheikh al Albani une des plus grande référence religieuse de ce siècle si pas le plus grand (Allah en est plus Savant) disait :

« Certes, le mot Salaf est bien connu en langue arabe aussi bien qu’en terminologie religieuse. Mais ce qui nous concerne ici, est sa discussion du point de vue religieux. Ainsi, il a été authentiquement rapporté du prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) que pendant la maladie de laquelle il est mort, il a dit à Fatima (radyallahu ‘anha) : « crains Allah et patiente. Et je suis le meilleur Salaf (prédécesseur) pour toi. » [Sahih Muslim : n°2450]

Il disait aussi concernant ceux qui rejettent cette appélation et qui disent qu’elle n’est pas permise :

« ..Donc c’est comme s’ils disaient qu’il n’est pas permis à un musulman de dire : « je suis les Salaf As-Salih (les Pieux Prédécesseurs) dans ce sur quoi ils étaient dans la croyance, l’adoration et la méthodologie » ! «  (voir Magazine Al-Asalah, Magazine n° 9)

Toujours dans la la fatwa du Comité permanent , n°1361 (1/165) on peut lire ceci :

« ..Et les « Salafiyun  » sont le pluriel de « Salafi » , qui est une attribution aux Salaf (prédécesseurs), et sa signification a déjà été expliquée précédemment. Et ils sont ceux qui avancent sur le minhaj des Salaf (la voie des prédécesseurs), parmi les suiveurs du Livre (le Coran) et de la Sunna (tradition prophétique), ceux qui appellent à ces deux-là (le Livre et la Sunna), et à agir conformément à eux, en conséquence de quoi ils font partie des Ahl Sunna wal Jama’a(les gens du de la Sunnah et du groupe)»

cheikh Salah al cheikh (ministre des affaires Islamique en Arabie Saoudite) dit : « Quant aux Salafi, alors ce sont les suiveurs des Salaf Salih (les trois premières générations de musulmans).. »  (Hadhihi Mafahimuna, Chapitre sur le fait de s’attribuer à la Salafiya)

Ainsi le terme Salafis n’est rien d’autres qu’un rattachement au faite de suivre la voie des pieux prédécesseurs (as Salafs Salih en arabe). Y-a-t-il donc un mal maintenant à être Salafis ? faut-il faire tout ce tapage médiatique ? faut-il lier des actes terroristes avec la voie de l’islam, alors que ces actes la Salafyah (la voie des Salafis) qui n’est rien d’autre que l’islam tel qu’il fut révélé ainsi que les Salafis eux mêmes les condamnents ? Non ! cela est une injustice.

Sachez également que le faite de se rattacher à la voie de la Salafyah et d’être Salafis n’est pas nouveau, depuis des siècles ces termes furent employer par des références religieuse en voici quelque exemple :

L’imam Al-Asbahani (mort en 535 Hégire) (rahimahullah) a dit: « Le signe distinctif (la caractéristique) de Ahl Sunna (les gens de la Sunnah) est qu’ils suivent les Salaf Salih (pieux prédécésseur) et abandonnent tout ce qui est innové et nouvellement introduit dans la religion. [Al-Hujja fi Bayanil Mahajja 1/364]

Abû Hanifa (mort en 150 Hégire ) (rahimahullah) a dit: « Adhère au athar (narration) et à la tariqa (voie) des Salaf (pieux prédécesseurs) et prend garde aux choses nouvelles inventées, car elles sont toutes des innovations. » [Rapporté par As-Suyuti dans Sawn al Mantaq wal-Kalam p.32] .

As-Sam’ani (mort en 562 Hégire ) a dit dans Al Insab (3/273) : « As-Salafi : c’est une attribution aux Salaf, et le fait de suivre leur voie, dans ce qui est rapporté d’eux. »

Ibn Taymya (mort .728 Hégire) (rahimahullah) a dit: « Il n’y a pas d’objection à faire à celui qui proclame la voie des Salaf, qui s’y attache et s’y réfère. Plutôt, il est obligatoire d’accepter cela de lui par ittifaq (consensus unanime ) car la voie (madhab) des Salaf n’est rien que la vérité.[Majmu’ Al-Fatawa 4:149] .
Voila en ce qui concerne qui sont les Salafis, le sens de ce terme y a été expliqué ainsi que ce qu’il implique, j’y ai apporté des paroles de grand savants de l’islam concernant également la signification du terme et son implication, concernant aussi le faite de suivre cette voie. Ainsi on s’aperçoit du grand mensonge des médias lorsqu’ils disent que c’est un courant inventé par ibn Abdel Wahab, ou encore inventé par ibn Taymyah ( bien que celui-ci soit mort bien avant ibn abdel Wahab… mais forcément lorsque l’on ment on se contredit ..).

Les paroles des savants que j’ai apporté à l’exemple d’Abu Hanifa démontre bien que cette voie éxistait bien avant ibn abdel Wahab ou ibn Taymiyah… elle éxistait même avant abu Hanifa puisque cette voie n’est rien d’autre que l’islam authentique tel qu’il fut révélé au prophète sal Allah alayhi wa salam.

Certes il y a eu des réformateurs, qui ont rappelé à toute époque aux musulmans des enseignements qu’ils avaient oubliés, ou qui on corrigé des mauvaises croyance répendue chez les musulmans par le biais de la philosophie grec etc.. mais en cela il ne faisait rien d’autre que de rappeler la vraie voie sur laquel cheminait le prophète Muhammad sal Allah alayhi wa salam et ses compagnons et ceux qui les ont suivis dans le bien.

Ils étaient des réformateurs oui, non pas des inventeurs d’un nouveau courrant appeler (Salafisme, Wahabisme…) les noms à ce sujet vont bon train… tout est bon pour dénigré la Vérité !

« Ils veulent éteindre avec leurs bouches la lumière d’Allah, alors qu’Allah ne veut que parachever sa lumière, quelque répulsion qu’en aient les mécréants.» (Sourate 9 verset 32).

3)  Clarifications : « Salafis », « intégriste »,, « wahabite », « wahabisme »,  « fondamentaliste », etc…

On lie souvent le Terrorisme aux salafis, vous l’aurez maintenant compris ceci n’est biensur pas fait involontairement, ils ont compris que les musulmans qui suivent la voie du prophète Muhammad sal Allah alayhi wa salam ainsi que ces compagnons et ceux qui les ont suivis dans le bien étaient contraire à beaucoup de leurs principe et passions et que ceci n’allait biensure pas dans leurs intérêts. C’est d’ailleurs pourquoi nous avons vu ces dernières années des lois qui ont vu le jours à l’encontre de l’islam afin de stopper la pratique religieuse des musulmans voulant pratiqué leurs religion.

En se servant de la laïcité comme bouclier, et en disant que certaine pratique allait à l’encontre de celle-ci ils ont interdit certaines choses comme le port du voile à l’école (qui serait « ostentatoire »), le port du voile « intégral » dans les rues sous peine d’amende voir de prison etc.. Finalement n’est-ce pas aller justement là à l’encontre de la laïcité et d’une sois disante liberté religieuse qui devrait existé pour tous ? (celon leurs propres concept et qui évidemment pour les musulmans et plus particulièrement ceux qui s’accroche à suivre leurs religion que l’ont appellent dans le « jargon médiatique » les éxtrémistes, « salafis » « salafiste » « wahabite », « fondamentaliste »  ne s’applique pas)  Mais tout est bon pour nuire à l’islam et aux musulmans…

Hors comment définire ce qu’est l’éxtrémisme, la laxisme etc… si l’on ne connais pas l’islam lui même ? Ce sont les textes de référence religieuse en islam qui définisse ou se trouve l’extrémisme et le laxisme. Un musulman portant une barbe, ou une femme musulmane portant le voile islamique ne fait pas d’eux des éxtrémistes, puisque en cela il ne transgresse en rien les prescriptions de l’islam.

D’autant plus que certains parmis ces mêmes médias expliquent eux mêmes que la voie de la Salafya (qu’ils appellent le « salafisme » ) c’est un retour au suivis du prophète Muhammad sal Allah alayhi wa salam et de ses compagnons. Hors lorsqu’en suite ces mêmes médias qualifie les salafis d’éxtrémismte etc.. ils ne font qu’indirectement dire que le prophète lu même (Muhammad sal Allah alayhi wa salam) était éxtrémiste ! (qu’Allah nous préserve de tel pensé). Donc c’est donc l’islam qui pose un problème dans le fond ! Mais le mensonge mène à la contradiction !

C’est pourquoi tout a été mis en oeuvre pour faire un islam « modéré », un islam de « France » etc.. Mais tout cela est une peine perdue, parceque contrairement aux autres révélations, Allah a préservé le Saint Coran de tout ajout ou diminution, de puis l’époque du prophète Muhammad sal Allah alayhi wa salam il était appris par coeur et ce jusqu’à nos jours. Même en ce qui concerne la Sunnah  (tradition prophétique), depuis des siècles les savants ont démontré ce qui est authentifié (via les chaîne de transmission) et ce qui est faible voir inventé. Ils ont donc fait par la Volonté d’Allah ce travail d’épuration qui n’a pas d’égale dans aucune autre religion et qui a commencé des les 1ers siècles de l’islam.

Ainsi le chemin est claire pour tous le monde, tout nous est parvenu, en terme de croyance, comportement, transaction etc..nous savons comment le prophète sal Allah alayhi wa salam, mangeait, buvait, dormait, faisait ces besoins, ce qu’il disait avant d’entrer à la maison, en sortant, en entrant a la mosquee et en y sortant, ce qu’il faut dire avant d’entrer aux toilette et en y sortant, ce qu’il faut dire avant d’avoir un rapport intime avec son épouse, ce qu’il faut dire au nouveau marié, à la personne qui à un proche qui est décédé etc..

Tout est consigné, ceci car il est le dernier prophète envoyé par Allah à l’humanité, et que la révélation qu’Allah lui a faite concerne toute l’humanité peu importe les origines de chacun, tous doivent adorer Allah sans lui donner aucun associé et suivre son prophète et messager Muhammad sal Allah alayhi wa salam afin de gouter au bonheur ici bas et dans l’au-delà. Lorsque l’on comprend tout cela, nous savons avec certitude qu’un islam de france ne sera jamais une référence pour les musulmans puisqu’il va à l’encontre de l’islam authentique et qui est lui de toute façon préservé par Allah. Il y aura donc toujours un moyen en revenant aux textes de base de suivre le véritable chemin.

Contrairement aux autres religions qui ont subis des altérations et des falsifications et ou il n’est plus possible de revenir à la voie originelle. C’est une preuve de plus que l’islam est la vérité.

Désolé si j’ai été long sur ce point mais malheureusement il est difficile de faire autrement et je m’en excuse.

Dans un prochain article je répondrai à certaine ambiguité lancé à l’encontre des salafis, puisque l’on lie souvent les salafis aux actes terroriste, alors que les salafis se désavouent de ces actes et mette en garde contre ceux-ci, et que ceux qui commettent ces actes ne sont pas des Salafis, peu importe  ce que les médias leurs attribue comme appelations, car le plus important en soit ce sont les actes non pas l’appelation, il ne se suffit pas de se dire salafis pour l’être mais de suivre ce que cela implique.

Dans prochain article insha Allah nous démontrerons que les salafis se désavouent et mettent en garde contre les attentats terroriste, le meurtre d’innocent, attentat suicide etc.. (tout en sachant que sur ce même blog il éxiste dans la catégorie (« contre le Terrosime ») des articles qui ont été publié (depuis des années…) contre le terrorisme.

note de bas de page :

Les parenthèse en orange ont été rajouté par moi afin de facilité la compréhension de certain terme aux lecteurs.

Les Evènements de Toulouse – A qui la faute ?

Salam alaykoum,

Depuis que les évènements de Toulouse se sont produit, il a été une nouvelle fois question de l’islam et des musulmans durants de nombreuses journées (et ce jusqu’au moment ou j’écris ces lignes) et plus particulièrement des salafis.

De nombreuses choses ont encore été dites à tort et à travers, parfois par de simple journaliste, parfois par des prétendus expert de l’islam, d’autre fois par des hommes politiques. Face à ce flux d’information le musulman ignorant de sa religion ou le non musulman peut très vite ne plus faire la différence entre l’islam et le terrorisme entre le « salafisme » comme il le nomme et entre l’extrémisme.

Voici la réaction d’un frère concernant ce sujet et qui est très intéressante. Je tenais à la proposer à nos frères et soeurs en islam mais aussi au non musulman soucieux d’y voir plus claire. Bonne lecture !

À qui la faute ?

Anas Ibn Mâlik rapporte : « On trouva une jeune servante dont la tête avait été écrasée entre deux pierres. On lui demanda qui lui avait fait cela en citant plusieurs noms, jusqu’à mentionner un juif, elle acquiesça de la tête. On fit venir le juif qui avoua, et le Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wasalam) ordonna qu’on lui écrase la tête entre deux pierres. » [Al-Bukhârî (2413) et Muslim (1672)]

Voilà un bien étrange hadith pour débuter. Le hadith est authentique et il est une source de loi qu’utilisent les juristes pour établir, entre autres : l’établissement du talion pour l’homicide volontaire commis sans aucun droit, l’exécution obligatoire du meurtrier qui tue par surprise (Al-Ghîlah), car le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a fait exécuter le meurtrier sans le demander à la famille de la servante, la légitimité de l’aveu pour prononcer une condamnation, ou encore qu’on exécute le meurtrier en utilisant le moyen par lequel il a donné la mort, tant que ceci n’est pas illicite, en quel cas on n’utilise pas ce moyen illicite [mais l’épée].

Ce n’est pas pour cette raison que nous le mentionnons ici, mais c’est la tournure des évènements malheureux survenus en France qui nous l’a rappelé. Le hadith mentionne un crime horrible : une jeune servante assassinée, la tête écrasée à coup de pierre par un juif. La réponse du Prophète de l’islam ? Une chasse au juif ? Des mesures répressives sur la communauté juive ? Non. La justice. Le talion.

Abû Rimthah rapporte : « Je suis allé trouver le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) en compagnie de mon fils, et il me dit : Qui est-ce ? – Mon fils et j’en témoigne. – Il n’assume pas ton crime, et tu n’assumes pas le sien. » [Abû Dâwud 4495] On ne peut tenir personne responsable pour le crime commis par un autre, qu’il s’agisse ou non d’un proche, même le père pour son fils, et le fils pour son père. On ne tient responsable que le coupable. Allah dit : « Et nul ne portera le fardeau d’autrui » [Al-Isrâ’, v.15] Le fait de tenir responsable une personne pour le crime d’un de ses proches était d’usage à l’époque antéislamique, et l’islam y a mis fin.

« Ô vous les croyants ! Soyez attentifs à être témoins en toute justice pour Allah. Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injustes. Soyez équitables : cela est plus proche de la piété. » [Al-Mâ’idah, v.8]

L’imam Al-Qurtubî dit en commentaire de ce verset : « La mécréance du mécréant n’empêche pas l’équité envers lui, et le fait de ne viser que celui qui mérite le combat et la capture. Il n’est pas permis de chercher à leur rendre la pareille, par exemple s’ils tuent nos femmes et nos enfants, et nous touchent par cela, il ne nous est pas permis de tuer de la même manière, en cherchant à ce que les soucis et la peine les frappent » Voilà la justice qu’a amenée l’islam : même au bout de l’horreur, ne pas transgresser la limite, ne pas répondre à la barbarie par la barbarie, mais s’en tenir à la justice et à la Loi divine.

Shaykh Al-Fawzân dit : « Il faut mettre en garde contre le fait de porter préjudice aux mécréants. Certains ignorants fougueux disent : « Nous ne voulons pas des mécréants » et ils leur portent préjudice dans les pays musulmans, alors qu’ils sont venus pour accomplir une tâche, réaliser un intérêt, et sous la protection des musulmans. Il est donc interdit de leur porter préjudice, car cela est considéré comme une destruction et une violation du pacte des musulmans, et quiconque agit de la sorte, voit s’appliquer à lui la menace : « Quiconque tue une personne avec laquelle les musulmans ont un pacte ne sentira pas le parfum du Paradis. » Cela ne fait aucunement partie du djihad comme le prétendent les ignorants, car Allah dit : « Ne transgressez pas, car Allah n’aime pas les transgresseurs. » [Al-Baqarah, v.190] et Il dit : « Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injustes. Soyez équitables : cela est plus proche de la piété. » 

L’islam n’est pas une religion de transgression et de barbarie, mais une religion de discipline, d’organisation, et d’intérêt pour les musulmans. Le chaos n’est donc pas permis en cela, il n’est pas permis à un individu ou deux, voire un groupe de dire qu’ils combattent sur le sentier d’Allah et de se rendre sur les lieux de résidence des travailleurs mécréants, aux ambassades, ou sur leurs intérêts pour lesquels les musulmans leur ont permis de s’installer, et d’y faire exploser une bombe ou d’y porter préjudice. C’est une traitrise, et plus encore une injustice et une iniquité, et cela entre dans le cadre de la parole du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) : « il ne sentira pas le parfum du Paradis » même s’il pense être un combattant sur le sentier d’Allah, il ne fait que désobéir à Allah et Son Messager, et transgresser « et Allah n’aime pas les transgresseurs. »

[…] Les gens doivent revenir à leurs gouverneurs, à leurs savants, et ne pas agir d’eux-mêmes et penser qu’ils représentent les musulmans en cela. Ils disent : « c’est un djihad. » Nullement, mais c’est une transgression et un préjudice porté à l’islam, à la réputation de l’islam et des musulmans. C’est là en réalité l’extrémisme, car cela consiste à transgresser sans aucun droit, et c’est également le terrorisme. Il faut savoir cela et ne pas prendre les choses avec ignorance et irréflexion, car cela nuit à l’islam et aux musulmans, et cela entraine des torts que subissent les musulmans, car les mécréants prennent le dessus sur les musulmans en raison de ces actes, comme c’est l’habitude maintenant de la transgression des mécréants contre les musulmans en raison des actes téméraires de certains qui se réclament de l’islam mais qui, en réalité, ne connaissent pas l’islam et les règles de l’islam, et qui n’ont pas étudié la religion d’Allah ; et ainsi ils ont causé de nombreux maux et préjudices aux musulmans.

De même, si le musulman est dans les pays mécréants, il ne doit pas leur porter préjudice, ainsi s’il fait partie des minorités qui y résident, ou de ceux qui s’y rendent pour étudier ou autre, il ne lui est pas permis de porter préjudice aux intérêts des mécréants ou à leurs biens » [Tas-Hîl Al-Ilmâm, 3/389]

Le hadith mentionné plus tôt est le suivant : «« Celui qui tue une personne avec laquelle les musulmans ont un pacte ne sentira pas le parfum du Paradis, alors que l’on peut le sentir à une distance de quarante années [de marche]. » » [Al-Bukhârî, 3166] Les hadiths en ce sens sont très nombreux : Abû ‘Ubaydah Ibn Al-Jarrâh  rapporte : J’ai entendu le Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wasalam) dire : « La protection accordée par un musulman s’appliquent à tous. »  [Ahmad (7/876)]

‘Amr Ibn Al-‘Âs rapporte : « la protection accordée par le plus modeste d’entre eux s’applique à tous »  [Al-Irwâ’ (2208)]

‘Alî rapporte : « Le pacte des musulmans est un, il s’applique même accordé par le plus modeste d’entre eux. »  [Al-Bukhârî (6755) et Muslim (1370)] 

Ibn Mâjah ajoute selon une autre version : « elle s’applique même accordée par le plus éloigné d’entre eux [des honneurs et du pouvoir]. »  [Ibn Mâjah (2683)]

Umm Hânî’ rapporte que le Prophète lui dit : « Nous accordons protection à ceux auxquels tu l’auras accordée. »  [Al-Bukhârî (357) et Muslim (336)]

Ces hadiths établissent, entre autre que la protection accordée à un individu, une tribu, une caravane ou une place forte est valide, même accordée par un seul musulman.

– Il est permis à certains musulmans d’accorder protection aux mécréants, et sa protection doit être acceptée et respectée par l’ensemble des musulmans, il n’est pas permis d’y porter atteinte et de la rejeter.

– La permission d’accorder protection et de la respecter, qu’il s’agisse d’une protection globale accordée par le gouverneur, ou une protection spécifique accordée par l’émir d’une région, ou un individu parmi les administrés ; sauf si cela porte préjudice aux musulmans, en quel cas la protection accordée n’est pas valide, car il est obligatoire de préserver l’intérêt des musulmans.

– La permission pour un individu musulman d’accorder protection, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, esclave ou de condition libre, et c’est là l’avis de la majorité des savants.

– Celui qui demande protection pour entendre la Parole d’Allah et connaître les rites de l’islam, il est obligatoire d’y répondre favorablement, puis de le faire parvenir au lieu où il sera en sécurité, en raison de la Parole d’Allah : « Et si un polythéiste te demande protection, accorde-la lui, afin qu’il entende la parole d’Allah, puis fais-le parvenir au lieu où il sera en sécurité » [At-Tawbah, v.6] Al-Awzâ’î a dit : « Ce qui est énoncé dans ce verset s’applique jusqu’au Jour de la Résurrection. »

– Le gouverneur peut accorder une protection globale aux mécréants, alors que les simples individus musulmans ne peuvent accorder protection qu’à une personne ou quelques individus. [Voir Commentaire de Bulûgh Al-Marâm]

Ces hadiths concernent les terres d’islam, où les musulmans sont majoritaires et détiennent le pouvoir, face à des mécréants minoritaires qui sont soit des Gens du Livre auxquels il est permis de résider en terre d’islam (ad-dhimmî), soit des gens auxquels il est accordé protection (al-musta’man), soit des gens avec lesquels les musulmans ont signé un pacte ou une trêve (al-mu’âhad), et la menace qui pèse sur celui qui leur porte atteinte sans aucun droit est immense…alors que dire lorsque c’est le musulman qui se rend ou réside sur les terres de mécréance ? Lorsqu’il fait le choix de rester parmi eux mais bafoue leurs lois, mendie leurs aides, et de surcroit les vole et transgresse en leur endroit ? Où est l’islam en cela ? Comment prétendre à la fierté et l’honneur lorsqu’on mendie ? Comment prétendre « lutter sur le sentier d’Allah » lorsqu’on vole et qu’on ment sur sa déclaration de situation de la CAF ou du Pôle emploi ? Ce sont là des paradoxes qui dépassent l’entendement…

Malgré tout, les musulmans n’ont pas à baisser la tête, ils n’ont pas à s’excuser pour un acte qui leur est totalement étranger. De la même manière qu’on ne fait pas porter à la Gauche la cicatrice des attentats d’Action directe, ou à la Droite les exactions de groupes néofascistes, on ne peut adresser aucun reproche aux musulmans dans leur ensemble pour ces actes de barbarie dont ils sont, eux aussi, des victimes collatérales. Les adeptes de l’orthodoxie musulmane (as-salafiyyûn ( traduction de ma part : les Salafis), plus encore que l’ensemble des musulmans, n’ont pas à faire profil bas ou à se laisser montrer du doigt, alors qu’ils ont été à la pointe de ce combat contre le terrorisme, le massacre d’innocents et les attentats suicides, en Palestine et ailleurs, s’attirant même l’ire d’une partie de la Communauté qui défendait bec et ongle qu’il s’agissait d’un moyen légitime de défense, lorsque cette pratique trouvait un écho parmi la masse des musulmans…Depuis, le vent a tourné, et on n’entend plus ces chantres de la terreur.

Alors, à qui la faute ? La folie meurtrière d’un individu isolé peut-elle tout expliquer ? Non. Malheureusement, contrairement à ce qu’on affirme çà et là, il ne s’agit nullement d’un profil atypique et isolé. Ce n’est pas l’aspect religieux qui prime chez ceux qui en viennent à commettre ces actes de barbarie, où que ce soit dans le monde, mais les rancœurs et haines accumulées. Et lorsqu’on marche jour après jour sur la brèche, un rien s’en faut pour chuter. Si à tout niveau rien n’est fait pour mettre fin aux « discriminations », avant tout raciales et religieuses, il est fort probable que nous connaissions dans l’avenir plusieurs jours sombres.

Alors, à qui la faute ? L’État a beau jeu de s’innocenter, de désigner des « coupables », et d’annoncer le déploiement de tout un arsenal répressif. De deux choses l’une : soit ils n’ont rien compris aux enjeux (ce dont nous doutons), soit la stratégie est clairement de ne rien arranger pour l’avenir. Peut-on se déclarer totalement innocent, alors qu’on a accueilli et soutenu, dans un passé pas si lointain, des dissidents religieux exilés de pays musulmans, dans le but d’alimenter la confusion et la tourmente dans ces pays ? Le chien finit toujours par mordre la main qui le nourrit, et les « chiens de l’enfer » (Référence ici aux khawaridj qui sont une sectes de l’islam, le prophète Muhammad avait lui même mis en garde contre leurs actes et ils les avaient nomé « chiens de l’enfer »).

Depuis 2001, la politique engagée est distinctement celle de « l’asphyxie » : couper les musulmans, et en particulier les jeunes et les adeptes de l’orthodoxie musulmane (as-salafiyyûn (les Salafis) ) de toute figure étrangère. On a ainsi interdit d’entrée sur le territoire français tout prêcheur étranger, même ceux qui occupent des fonctions officielles dans leurs pays, et n’ont jamais été connus pour aucun trouble à l’ordre public. Ceci alors que les différents colloques et séminaires auxquels ils étaient conviés avant cela avaient pour effet premier d’unifier le mouvement et les individus, donc, par voie de fait d’en faciliter la surveillance. Plutôt que de tarir le mouvement, cette politique a eu pour effet pervers d’amener l’émergence d’une multitude de « petits chefs » sur l’ensemble du territoire, amenant ceux qui les écoutent dans une direction ou dans une autre, avec les dérives sectaires que l’on connaît. Dans le même temps, l’État mettait en place le « Syndicat des musulmans » (CFCM) croyant pouvoir « gérer l’islam » comme on gère une entreprise. Que de mépris pour la tradition musulmane et ses adeptes.

Croit-on pouvoir nommer du jour au lendemain des VRP de l’islam que les musulmans sont sommés de suivre ? Croit-on sérieusement que c’est en envoyant dans les prisons des aumôniers en costume trois pièces, à mille lieues des préoccupations des personnes incarcérées, qu’on va pouvoir répondre à leur soif de religiosité et éviter qu’ils ne se fourvoient ? De qui se moque-t-on ?

On a l’impression que la France a vingt ans de retard sur ces questions : la répression ne mènera à rien, sinon à créer du ressentiment. N’y a-t-il pas des leçons à prendre des pays du Maghreb ou du Moyen-Orient qui ont été aux prises avec des problèmes bien plus graves, et qui ont abandonné depuis longtemps la stratégie du tout-répressif pour un accompagnement distancié ? Leur but n’étant plus d’empêcher l’essor du religieux, puisque c’est désormais un état de fait, mais de composer avec lui, de l’encadrer, voire de le « faciliter » puisque les tenants du pouvoir y voient un élément de stabilité et de pérennité. Et lorsque nous disons cela, nous visons plus particulièrement l’essor du mouvement de retour à l’orthodoxie (as-salafiyyah -) qui occupe désormais le champ religieux dans bon nombre, si ce n’est la majorité des pays musulmans.

Alors, à qui la faute ? Va-t-on longtemps encore subir les mêmes recyclages stériles d’idées totalement stupides et erronées sur ce qu’est l’orthodoxie musulmane (as-salafiyyah) dans les médias et la sphère politique. N’est-il pas temps que nos « élites » s’instruisent un peu sur cette question et qu’ils interrogent ceux qui savent ? Qu’ils abandonnent un tant soit peu la Corrèze et le Cantal pour voyager un peu et ouvrir les yeux sur un monde qui bouge ? En appliquant leurs « filtres » au monde musulman, on déclarerait la majorité de celui-ci « terroriste » et on s’offusquerait de voir tant de voiles et de barbes. Le souverain saoudien déclarait il y a peu de temps encore qu’il se réclamait complètement de cette voie, mais il ne nous a pas semblé entendre nos responsables politiques lui exprimer leur mépris comme ils le font ouvertement pour nous.

Double langage ? N’est-ce pas là, ni plus ni moins, qu’une forme de racisme ? Un sentiment profond de supériorité face à ceux qui ne partagent pas forcément les mêmes valeurs ?

Il nous faut donc encore patienter, inlassablement répéter, expliquer, éclaircir, en nous en remettant au Seigneur et en n’espérant qu’en Lui. « Quand viendra le secours d’Allah ? Certes, le secours d’Allah est proche. » [Al-Baqarah, v.214] 

À qui la faute ? Pas qu’aux autres.

publié et traduit par http://www.salafs.com

Plus tard insha Allah nous publierons un article concernant la Salafyah (appelé le Salafisme) et les Salafis. Cette article aura pour but de faire comprendre que signifie cette voie, que signifie ce terme et de démontré qu’il serait temps en France d’arrêté de lié le Terrorisme aux salafis, puisque la voie des salafis n’est rien d’autre que l’islam originelle tel qu’il a été transmis par le prophète Muhammad sal Allah alayhi wa salam. Il est donc obligatoire à toute personne musulmane ou non de suivre cette voie qui n’est rien d’autre que le chemin du prophète et de ses compagnons et de ceux qui les ont suivis dans le bien.

On comprendra donc pourquoi les médias s’acharne à vouloir ternir ce terme et le lié à toute sorte d’évènement lorsque l’occassion se présente…

Mais cette voie cautionne tel les attentats et le terrorisme, le meurtre d’innocent comme ils le prétendent ? c’est ce que vous expliquera notre prochain article insha Allah et la réponse est biensur non.