Un site utilisant WordPress.com

Archives de août, 2010

Ce qui annulent le jeûne ?

Ce qui annule le jeûne

 

Shaykh Al-‘Uthaymîn

 

 

 

 

Question : Quelles sont les choses qui annulent le jeûne ?

Réponse
 : Le jeûne est annulé par :

1 – le rapport sexuel

2 – Manger

3 – Boire

4 – l’éjaculation volontaire provoquée par la recherche de plaisir

5 – tout ce qui est assimilé au fait de boire et manger

6 – vomir volontairement

7 – Le sang extrait par hijâmah (NdT : sur ce point les avis des savants divergent)

8 – Le sang des règles et de l’accouchement


 

Pour ce qui est de la nourriture, de la boisson et du rapport sexuel, la preuve est la Parole d’Allah : « Désormais,
jouissez d’elles, et cherchez ce qu’Allah a prescrit pour vous. Et
mangez et buvez jusqu’à ce que vous puissiez distinguer le fil blanc de
l’aube du fil noir [de la nuit]. Puis accomplissez le jeûne jusqu’à la
nuit
.
 » (Al-Baqarah : verset 187 du Saint Coran)

Pour ce qui est de l’éjaculation volontaire provoquée par la recherche de plaisir (shahwah), la preuve est la Parole d’Allah dans le hadith qudsî à propos du jeûneur (Allah dit): « Il laisse sa nourriture, sa boisson et ses désirs (sexuels) pour Moi. » Et l’éjaculation est considéré comme une shahwah, d’après la parole du Prophète (salallahu’ alayhi wasalam) : « Et dans le rapport que l’un d’entre vous a avec son épouse, il y a une aumône. » Les Compagnons dirent : « Ô Messager d’Allah ! L’un d’entre nous assouvi son désir (shahwah) et il est récompensé en cela ? » Il dit : « S’il
l’avait assouvi (en arabe : il dépose) dans l’illicite, n’aurait-il pas
commis un péché ? De même s’il l’assouvit dans le licite, il est
récompensé pour cela. 
»
(Muslim)
Et ce que l’on dépose, c’est le sperme (manî) éjaculé. C’est pour cela que l’avis authentique est que le liquide spermatique (madhî) (Le Madhi
est le liquide transparent apparaissant après l’excitation,cela
n’annule pas le jeûne mais nécessite le lavage de la partie ainsi que le
nettoyage à l’eau de l’endroit souillé. De plus cette personne doit
refaire ses ablutions si elle veut prier)
 n’annule pas le jeûne même s’il sort sous l’effet du désir et des caresses sans qu’il y ait pourtant pénétration.

Cinquièmement
 : tout ce qui est assimilé au fait de boire et manger,
comme les injections nutritives qui dispensent de boire et de manger,
car même si ce n’est pas de la nourriture et de la boisson, elles en
portent le sens puisqu’elles dispensent de manger, et ce qui a le sens
d’une chose en porte aussi le jugement. Le corps se nourrit ainsi, à
travers ces injections. Quant aux injections qui ne sont pas nutritives et ne remplacent pas la nourriture et la boisson, elles n’annulent pas le jeûne, que cette injection soit faite dans une veine ou un muscle ou sur tout autre endroit du corps.

Sixièmement
 : vomir volontairement,
c’est-à-dire faire sortir ce qui est dans le ventre par la bouche, et
ce d’après le hadith d’Abû Hurayrah qui rapporte que le Prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Celui qui se fait vomir, qu’il compense son jeûne et celui qui est pris de vomissements (involontaires) n’a pas à compenser. » (Abû Dâwûd, At-Tirmidhî)
La sagesse en cela est que lorsque l’on vomit, le ventre se vide de
nourriture et le corps a besoin de combler ce vide. Ainsi nous disons
que si c’est un jeûne obligatoire, il n’est pas permis de se faire
vomir, car celui qui le fait annule son jeûne.

 

Note de ma part le cheikh al Ajmi dit


mais si la personne vomit sans le faire expres son jeune est valide parce que le Prophete (sal Allah alayhi wa salam) a dit :" Celui qui vomit volontairement doit refaire son jeûne, quant à celui qui vomit involontairement il n’aura pas  le rattraper.


Rapporte par Abu Dawud, Tirmidhi et Al-Albani l’a juge authentique dans

Al Irwâ-] 923


Septièmement
 : Le sang extrait par hijâmah, d’après la parole du Prophète (salallahu’ alayhi wasalam) : « Celui qui pratique la hijâmah et celui qui se la fait faire ont rompu leur jeûne. »
(Al-Bukhârî dans ses commentaires, NdT : ce qui signifie que le hadith
n’a pas le même degré que ceux rapporté dans le corps du texte du Sahîh)

Huitièmement
 : Le sang des règles et de l’accouchement, d’après la parole du Prophète (salallahu’ alayhi wasalam) à propos de la femme : « N’est-ce pas que lorsqu’elle a ses règles, elle ne prie pas et ne jeûne pas. » (Al-Bukhârî, Muslim) Les savants sont unanimes sur le fait que le jeûne de la femme en période de menstrues ou de saignement post-natal n’est pas valide.

cheikh Uthaymin dit ensuite:

Ces actes annulatifs n’invalident le jeûne qu’à trois conditions :

– La science (savoir que cette chose annule le jeûne)

– La présence d’esprit (ne pas avoir oublié au moment où on commet l’acte)

– La volonté (vouloir commettre l’acte en sachant qu’il annule le jeûne)

source : Fatâwâ Arkân Al-Islâm,
p.469-475 de cheikh Uthaymin traduit par salafs.com quand a la parole
du cheikh al Ajmi elle est également tiré du site salafs.com d’une
traduction d’un livre de question reponse du cheikh al Ajmi

avec quelques ajouts entre parenthèse de ma part pour plus de clarification.

Mosquee de Médine (Arabie Saoudite)

Publicités