Un site utilisant WordPress.com

Archives de juillet, 2009

La Théorie de l’évolution s’écroule

Salam alaykoum,

La Théorie de l’Evolution….n’évolue plus ! (partie 1)



"Seulement 25% des Anglais croient à la théorie de l’évolution de Darwin"
( Le journal anglais


the Guardian du 2 février 2009 )

J’avais mentionné un texte il y a
quelque temps d’ici, son titre était " La théorie de l’évolution s’est
éffondré " si mes souvenirs son bon. Ce texte démontrait à quel point
la théorie de l’évolution s’opposait aux dernières découverte
scientifique, oui pour un lecteur non avertis, il peut être surprenant
de lire une tel chose, puisque dans l’esprit de beaucoup de personne la
théorie de l’évolution est censé allé de paire avec la science.

Pourtant cet article nous démontrait les problèmes auxquelles devait
faire face cet théorie face aux dernières avancées scientifique, la
conclusion était que la théorie de l’évolution ne pouvait plus faire
face aux nombreuses failles qu’elles possèdent, elle est incapable de
fournir une réponse plausible face à tant d’interrogation ( revenir au
texte sur ce sujet ).

Mais pour un croyant, cela n’est pas surprenant car il sais que Dieu à
tout crée et que les espèces ne sont pas apparue par le fruit d’une
évolutions dirigées par un pure hasard, hasard qui d’ailleurs aurait
tant bien fait les choses ! vous ne trouvez pas ?

Le problème n’est pas un simple problème scientifique, il ne s’agit pas
simplement de prouvé que cet théorie est fausse pour de nombreuses
raisons, le problème est bien plus profond que cela.

En réalité il faut savoir que les hommes ont des buts et des passions,
et il faut dire que cet théorie arrangent beaucoup de personnes, dans
le sens ou elle s’oppose à la croyance que Dieu à tout crée, hors si il
n’y a pas de Dieu, il n’y a pas d’obligation et d’interdictions, et si
il n’y a pas d’obligation et d’interdiction, il n’y a pas de paradis ni
d’enfer et si il n’y a pas de paradis et d’enfer alors à quoi bon faire
le bien et évité le mal, pourquoi ne pas suivre ce que je pense être
bien et évité ce que je pense être mal  et pourquoi ne pas suivre mes
passions ? Voilà le coeur du problème, voilà en quoi cet théorie
arrange beaucoup de personne et voila en quoi elle est dangereuse car
cela mènerait le monde dans l’anarchie.

Toutefois nous ne devons pas laisser nos passions prendre le dessus sur
nous, mais suivre la vérité ou elle se trouve, j’espère que le lecteur
lira ce texte paisiblement et en étant juste et en mettant les passions
de côté, chose il est vrai qui n’est pas toujours facile, avouons-le.

Bonne lecture à tous ( titre original du texte ci-dessus "La Théorie de l’Evolution en déclin" Par Julien Perreaul

Une réponse à M. Guillaume
LECOINTRE du Muséum national d’histoire naturelle, Paris


La théorie de l’évolution est en
déclin. La montée de la théorie créationniste s’accentue avec l’avancement de la
science, notamment par la mise à jour des systèmes biologiques complexes et par
l’étude de l’information qu’ils contiennent.

La vielle philosophie darwinienne
qui visait à détruire l’idée d’un créateur n’a jamais rien produit : tant les
fossiles que la biologie ne cessent d’aller dans le sens inverse depuis un
siècle
. Est-ce étonnant que les arguments servis par les évolutionnistes soient
encore les vieux trucs du temps de Darwin ?

Les évolutionnistes n’ont pas
évolué au même rythme que la science. La découverte du code génétique qui se
trouve dans les cellules humaines aussi bien que dans la bactérie la moins
complexe qui soit démontre bien l’ampleur du changement de direction que la
science demande : l’idée qu’il y ait des formes de vie simples qui auraient
donné naissance à d’autres formes de vie plus complexes est exclue ; aucune
forme de vie simple n’existe à la surface du globe.

L’idée de gradualisme dans le
registre fossile est encore moins bien étayée qu’au temps de Darwin ; certains
évolutionnistes adhèrent maintenant à une nouvelle théorie qui stipule très
gratuitement que l’évolution se fait si vite entre deux espèces qu’aucun fossile
transitionnel n’est laissé ! Alors que les évolutionnistes inventent des
hypothèses non vérifiables, les créationnistes constatent que le registre
fossile témoigne directement d’une création (apparition soudaine et
simultanée des groupes d’animaux) dont la prédiction centrale est bien la
discontinuité du registre fossile pourtant admise dans la communauté
paléontologique.

Un débat
acharné

C’est dans ce contexte que prend
place un débat de plus en plus acharné et agressif même. Les évolutionnistes,
désespérés, s’autoproclament les seuls vrais scientifiques ou les seuls
rationnels et toute option autre que l’évolution est automatiquement religieuse,
fanatique, stupide.

M. Guillaume LECOINTRE (Muséum
national d’histoire naturelle
, Paris) a publié un texte qui attaque
spécifiquement le livre de Jonathan WELLS, Icons of Evolution. M. Wells
est un biologiste compétent
qui a fait un merveilleux travail de synthèse en ce
qui concerne la propagande évolutionniste. Il réfute dix « arguments » de
l’évolution de façon très factuelle. Le texte qui suit constitue une réponse à
la critique que M. Lecointre a formulée à l’endroit du travail de M. Wells.

Une
réponse à


PREMIERE POSTFACE A L’ATTENTION DES ENSEIGNANTS

M. Lecointre commence par le
commentaire suivant :
Nous avons là
une nouvelle stratégie d’attaque anti-évolutionniste, illustrée de manière
exemplaire par le livre de J. Wells intitulé «Les icônes de l’évolution»,
abondamment présenté et commenté sur la toile, et dont le style arrogant est
typique des mouvements religieux anti-évolutionnistes américains.

Tout d’abord, il n’est
pas question de « stratégie », ni de religion (note de ma part : bien
que je ne sois pas d’accord avec cela, puisqu’il va de paire que la
théorie de l’évolution s’oppose à la religion, il est donc question de
religion, mais il est évident que cela dépend de la croyance de la
personne, bref en tant que  musulman il est claire qu’il est question
de religion, mais cela variera en fonction des croyances des personnes
athés ou non biensur ) mais de dénoncer ce qui est faux,
mensonger, et ce qui constitue de la mauvaise représentation. Pour ce qui est du
style « arrogant », je suis plutôt étonné après avoir moi-même profondément
analysé le livre de M. Wells et l’avoir trouvé particulièrement respectueux. Je
n’ai rien lu qui porte atteinte à l’intelligence ou à l’intégrité des
scientifiques évolutionnistes (pratique pourtant très courantes chez les
évolutionnistes envers les scientifiques créationnistes).

Lecointre :
Il (Wells)
évite de mentionner que les scientifiques eux-mêmes ont souvent déjà réglé
l’affaire, omet les articles importants de clarification.

M. Wells énumère dans son ouvrage
(pour chaque fausse représentation qu’il traite) le nombre de livres de
référence en biologie qui affichent toujours, en l’an 2000, dans
la section sur les origines, les fausses représentations et fraudes qui servent
à convaincre les étudiants
. L’affaire n’est pas réglée …


Les
origines de la vie :

Pourquoi les manuels affirment-ils que l’expérience de 1953
d’Urey-Miller montre comment les constituants de la vie ont pu
apparaître sur Terre, alors qu’on sait aujourd’hui que les conditions
de la Terre primitive étaient différentes de celles de l’expérience, et
que l’origine de la vie reste un mystère ? (note de ma part : encore
une fois cela dépend de la croyance de la personne, en ce qui nous
concerne  et en tant que musulmans les origines de la vie ne sont pas
un mystères pour nous, Dieu à tous crée, voilà l’origine de la création)

Lecointre :
C’est un problème de mise à jour des manuels. Les origines
des constituants chimiques du vivant ne sont pas plus un mystère aujourd’hui
qu’hier. D’autres modèles d’évolution pré-biotique sont aujourd’hui disponibles.
Marie-Christine Maurel («Les origines de la vie», Syros, 1994) parle même de «
profusion expérimentale » de ces dernières années (voir aussi « L’évolution
chimique et les origines de la vie » d’André Brack et François Raulin, Masson,
1991).

Plutôt étonnant quand on sait que
les évolutionnistes refusent aujourd’hui de discuter des origines de la vie
tellement les défaites ont été fréquentes dans ce domaine. Les hypothèses
aujourd’hui proposées sont à saveur d’histoires de Père Noël : Une proto cellule
(hein?) a jadis existé (croyez par la foi!), il y trois milliards d’années (ouf
!) et a évolué (pouf !) en une cellule à ADN. Rien de tout cela n’est
malheureusement observable ou testable. Il n’y a que de l’imaginaire.

Du côté rationnel et factuel, il
y a beaucoup d’avancées : des preuves irréfutables sont venues corroborer ce que
l’ensemble des biologistes avaient prédit : une cellule à ADN fonctionnerait
avec un minimum de 100 gènes (chacun étant un programme informatique ultra
spécialisé dont la moindre variation fait mourir la cellule). En faisant des
tests sur la plus petite forme de vie sur Terre, M. genitalium, il a été
confirmé en l’an 2000 que cette limite se situe finalement à près de 250
gènes
1.

Ce fait vient mettre fin à
l’imagination d’une proto cellule jadis disparue qui aurait évolué des centaines
et des milliers de fois passant de un gène, à deux gènes, … à 250 gènes. L’ADN (l’hyper
molécule porteuse des gènes) nécessite l’action de dizaines de complexes
enzymatiques extrêmement précis pour son déroulement, sa réplication, la
traduction de son information (les gènes), … etc. Il s’avère que chacun de ces
acteurs biologiques fondamentaux est justement encodé dans l’ADN, et c’est la
raison pour laquelle il existe une frontière infranchissable de 250 gènes
fondamentaux.


L’arbre
de la vie :
Pourquoi les manuels ne discutent-ils pas de l’explosion
cambrienne, dans laquelle tous les groupes majeurs animaux apparaissent ensemble
dans le registre fossile, pleinement formés, au lieu de se brancher sur un
ancêtre commun, et donc contredisant l’arbre de la vie ?

Lecointre :
Il s’agit typiquement d’une fausse objection.

Il n’est pas même question d’une
objection ici, mais d’une constatation : celle que les évolutionnistes omettent
de présenter l’ensemble global du registre fossile et de ses implications pour
les origines. Ces derniers pr
ésentent uniquement des fragments de fossiles
habilement choisis et interprétés très subjectivement. C’est là une pratique
pernicieuse de sélection des données dont le but est de prouver une croyance. La
science véritable nous appelle a regarder l’ensemble des données disponibles (et
non 0,005%) afin de tirer, en deuxième lieu, des conclusions le plus
objectives possible. Or, il existe des millions de fossiles répertoriés
aujourd’hui et le portail global du registre fossile est celui qui colle à la
théorie de la création c’est-à-dire : apparition soudaine et simultanée des
groupes d’animaux
. Feu S.J. Gould, paléontologue :

«
L’extrême rareté des formes de transition est le secret de fabrique de la
paléontologie… L’historique de la plupart des espèces fossiles
comprend deux caractéristiques allant à l’encontre du gradualisme :

  1. La
    fixité.
    La plupart des espèces ne démontrent aucun changement de
    direction tout au long de leur durée sur terre. Dans le registre
    fossile, leur apparence est à peu près la même à leur disparition; les
    changements morphologiques sont habituellement limités et sans
    direction.
     


  2. L’apparition soudaine. Peu importe la zone locale, les espèces
    n’apparaissent pas graduellement, à la suite de la transformation
    constante de leurs ancêtres; elles apparaissent plutôt tout d’un coup
    et « complètement formées
    »
    Natural History 86:14 (1977)

Lecointre :
Ce n’est pas parce que les groupes apparaissent subitement, simultanément et
«pleinement formés» que cela récuse la notion d’ancêtre commun.

Cela appuie du moins la théorie
créationniste en confirmant sa prédiction centrale. D’autre part, l’idée de
gradualisme (prédiction du modèle évolutionniste) paraît maintenant être
totalement réfutée.

Lecointre :
Il n’y a pas de raison particulière de se focaliser sur
l’explosion cambrienne, une époque de diversification majeure des lignées
animales.

J’ose rappeler que l’explosion
cambrienne est acclamée par les paléontologues comme le plus spectaculaire
évènement paléontologique. Environ 35 phylums apparaissent très abruptement dans
le registre fossile sans prédécesseurs dans les strates avoisinantes. Si on vous
avait demandé de tracer un registre fossile correspondant à une création, il
correspondrait très précisément à cela. Voilà déjà deux raisons particulières M.
Lecointre.

Aussi, je trouve que «
l’apparition » de tous les groupes majeurs d’animaux (arthropodes, mollusques,
vertébrés …) est plutôt intéressante relativement à la question des origines. Je
trouve ce phénomène plutôt central à la question des origines. Il
m’apparaît que focaliser sur un morceau de crâne ou de mâchoire est beaucoup
moins pertinent. Mais chacun est libre d’en juger.


La suite prochainement

Publicités