Un site utilisant WordPress.com

Archives de octobre, 2005

C’est ce qui est dans le coeur qui compte ?

 

« C’est ce qui est dans le cœur qui compte »

Al-Muhadith Muhamad Nasir Din Al-Albani

 

 

Ecouter le shaikh

 

pour écouter l’audio original en arabe:

 

http://salafs.com/sons/apparence.mp3

Il a été établi dans de nombreux texte que l’opposition (dans l’apparence) extérieure est une cause de l’opposition (de la divergence par rapport à la voie du prophète (salallahu ‘alayhi wasalam)) intérieure. Le sens de cette parole est que tous les musulmans doivent se soucier de se corriger extérieurement (l’apparence) de la même façon qu’ils se soucient de se corriger intérieurement. Il ne doivent pas céder sur le fait de se corriger extérieurement, en donnant comme argument qu’il suffit de se corriger intérieurement. Car l’islam a fortement lié ces deux choses, et il n’a pas fait de différence entre la rectitude de l’apparence et de (de ce qui est à) l’intérieur, mais au contraire (l’islam) en a fait des jumeaux, l’un est l’autre s’entraident dans la complétude et la perfectio

Parmi les preuves les plus fortes du Qur’an et de la Sunna, le hadith rapporté par Al-Bukhari et Muslim, d’après An-Nu’man ibn Bashir, le prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : « Le licite est clair, et l’illicite est clair, et entre les deux il y a des choses ambiguës que la plupart des gens ne connaissent pas. Ce lui qui se préserve de ces ambiguïtés a préservé sa religion et son honneur, et celui qui tombe dans ces ambiguïtés tombe dans l’illicite (…) N’est-ce pas qu’il y a dans le corps un bout de chair qui, s’il est pur, purifie tout le corps et s’il est corrompu, corrompt tout le corps. N’est-ce pas que c’est le cœur. ». C’est pourquoi la rectitude du corps vient par la rectitude du cœur, et la rectitude du cœur vient par la rectitude du corps. Entre les deux il y a ce que l’on appelle le mouvement perpétuel, chacun aide l’autre.

Parmi les erreurs grossières et évidentes est ce que nous entendons de nombreux jeunes qui se sont écartés de l’accomplissement de nombreuses obligations comme la prière et le jeûne, lorsqu’on leur dit : Pourquoi ne priez-vous pas ? Pourquoi ne jeûnez-vous pas ? », ils disent : « ce qui compte c’est ce qui est dans le cœur », et la religion c’est le comportement, comme ils le prétendent, et moi je ne vole pas,  je ne fais pas de mal (sens de la parole) et d’autres choses encore… C’est une grande  ignorance de la réalité de la législation d’une part et de la réalité humaine d’autre part. L’apparence a une incidence sur l’intérieure d’une manière que ne soupçonne pas celui qui ne se soucie pas de corriger son apparence.

Naturellement, je ne vise pas seulement par « rectification de l’apparence »,  la rectification des habits, de la maison ou de ces choses, encore que la moindre des choses que l’on peut dire à ce sujet est que l’islam ne l’interdit pas. Mais ce que je vise plus particulièrement c’est la rectification des actions qu’accomplit l’homme et que la législation a encouragé, que cela concerne les obligations ou les actes surérogatoires. Ces actions qui vont être la cause du renforcement du cœur et de sa rectification. Regardez par exemple comment le prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a donné un exemple qui confirme, par son absence ou présence, cinq fois par jour. Comment le prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a expliqué le sens du hadith précédent de An-Nu’man ibn Bashir : que la rectitude de l’apparence a une incidence sur la rectitude de l’intérieur, et inversement.

 

C’est pour cela que fait partie de la sunna du prophète (salallahu ‘alayhi wasalam), une chose à laquelle il donnait beaucoup d’importance lorsqu’on appelait à la prière (en commun), qu’il ne commençait pas la prière sans avoir ordonné d’aligner les rangs. Il a ordonné cela de différentes manières et ce qui nous intéresse ici est sa parole : « Alignez vos rangs ou Allah détournera vos visages (les uns des autres) ». Le fait d’aligner les rangs est action apparente, c’est un exemple du sens que je donnais auparavant, sur la rectification du corps, ou comme le fait de s’asseoir (éparpillés) dans une assise ou à la mosquée, c’est une action apparente, mais cela a un grand effet sur l’intérieur, sur le cœur.

C’est pourquoi le prophète a dit : « Alignez vos rangs ou Allah détournera vos visages (les uns des autres) ». C’est-à-dire  que le fait que les prieurs ne fassent pas attention à l’alignement des rangs, ce qui est sunna, et (au contraire) ne fait pas partie de la sunna de s’aligner par rapport au trait (tracé par terre), car cela fait partie des innovations qui ont touché beaucoup de pays musulmans, au point que seule une très petite partie (de la communauté) en est préservé. Car ce trait éduque (habitue) les gens au contraire de ce qu’a voulu le prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) dans le hadith précédent, comme attention que doivent porter les musulmans à s’aligner, pas par rapport au trait qui est trompeur.

 

Si on dit au prieur avance, il avance, recule, il recule en suivant ce trait. Il n’y a aucun doute que ce trait a une incidence qui est en contradiction avec ce qu’ont voulu ceux qui ont innové ce trait à notre époque. Cela apparaît surtout lorsque les musulmans se rassemblent à la musala pour la prière du ‘Id, tu vois des choses incroyables, tu ne peux pas trouver un seul rang, surtout s’il est long, (aussi) droit que s’ils s’étaient alignés avec le trait. Pourquoi ? Car ils comptaient sur les autres pour être sur le trait.

Le prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a fait du non alignement des rangs une cause du détournement des visages et des cœurs de ceux qui ne s’alignaient pas. C’est pourquoi l’apparence a des effets sur la rectification ou la corruption de l’intérieur. Il faut faire attention à ces choses, au contraire de ces ignorants qui disent : « ce qui compte c’est ce qui est dans le cœur ». Si ce qui est dans le cœur est bon, il n’y a aucun doute que cela se verra sur le corps, comme dit le poète : « tout récipient déborde de ce qu’il contient ». Si le cœur de celui qui n’accomplit pas les obligations est bon, il est obligatoire que ses œuvres soient bonnes, et inversement.

Cette parole du shaikh est extraite d’une cassette intitulée « adab al-majalis fi halaqat al-‘ulama ».

traduit par les frères de salafs.com

note personne: je n’ai mis qu’un extrait du texte ce trouvant sur salafs.com  et non le texte entier.

Publicités

que faire si ont se pose la question qui a crée Allah ?

QUE DOIT FAIRE UNE PERSONNE SI CHAYTANE  ( le diable )

LUI INSUFFLE LA QUESTION SUIVANTE :

 « QUI A CREE ALLAH ? » ?

par le Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al ’Outheymine

 

-Qu’Allah lui fasse miséricorde-

 

 

Question :

« Certains parmi les gens de la masse qui ne connaissent

pas le sujet du Tawhid,chaytane leur insuffle une question

qui est  : « Qui a créé Allah ? » Nous voulons de votre

honneur que vous donniez un conseil à ceux-là ? »

  

Réponse :

« A cette question, le Prophète

Prières et bénédiction d’Allah sur lui- a répondu,

puisque il a informé que les gens se questionnent :

« Qui a créé ceci ? Qui a créé cela ? » Jusqu’à ce

qu’ils disent : « Qui a créé Allah? » Si la situation

arrive à ce stade, qu’il demande protection à Allah

et qu’il s’arrête [1]. Allah est Un, Allah le Seul à être

imploré, Il n’a pas enfanté et n’a pas été enfanté, et

nul n’est égal à Lui.Il est obligatoire à ce que la

personne cesse ces hantises. »

 

[1] : Rapporté par Al-Boukhari (3276) et mouslim (134),

et voici les mots de Mouslim :

« Celui qui trouve quelque chose de cela,

qu’il dise : « Je crois en Allah ! »

 

Source :

« Liqa’atou al babi al maftouh » 

 

volume 2, page 397, question n° 1076

 

www.fourqane.com

 

Traduction :

www.fourqane.com

 

 

 

 

Cette bonne parole

 shaykh Mohammad Naser-ad-Din al Albany

 

 

Cette bonne parole "la illaha illa Allah" ne signifie pas uniquement qu’il n’existe aucun autre Seigneur qu’Allah mais plutôt qu’il n’existe point d’autre véritable adoré dans ce monde qu’Allah, le Seul a mériter l’adoration. La personne qui prononce cette parole ne va échapper à l’enfer éternel que s’il a compris le vrai sens de "Illah", al illah c’est le véritable, le seul adoré, on ne doit adorer aucune autre personne avec Allah Glorifié et exalté, c’est ce que veut dire la parole "tawhid", les associateurs comme il a été cité dans le coran, affirmaient que celui qui a créé les cieux et la terre c’est Allah,

Allah ‘aza wa jal a dit (trad rapprochée)

 

 

"Si tu leur demandes: " qui a crée les cieux et la terre?", ils diront, certes: "Allah!".

 

(Sourate31/ verset 25)

 

Il est évident que l’associateur lui-même reconnaissait que c’etait Allah le créateur  de ce monde

seulement il aurait fallu qu’il rajoute à sa croyance l’unicité d’Allah dans le culte, l’unique créateur, le seul véritable adoré, le Seul a mériter l’adoration et s’il croit à tout cela il aura de ce fait attribué la vraie valeur à cette bonne parole "la illaha illa allah".

 

Source:

Tiré originalement d’une cassette intitulée "an la na3boudou illa Allah" et vous pouvez retrouver cet extrait dans le fichier audio "at tawheed" téléchargeable sur le site wal hamdoulillah.   

 

écouter l’audio original —> http://ahloulhadith.typepad.com/ahloul/files/al_albny.mp3

tiré du lien http://ahloulhadith.typepad.com/ahloul/2005/10/cette_bonne_par.html

Jeûner en voyage ?

 
« Le jeûne lors du voyage »
 
 
 
 
SHeikh al-’Allâma Muhammad Ibn Sâlih al-’Uthaymîne (rahimahullâh)
 
 
samedi 15 octobre 2005

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

 

Question :

 

Quel peut être le conseil concernant le jeûne du Ramadhân pour ceux qui se trouvent à l’étranger ?

 

Réponse :

 

Nous conseillons à ceux qui se trouvent à l’étranger de ne pas manquer le jeûne du Ramadhân. Il est meilleur pour le voyageur [al-Moussâfir] de jeûner. Mais si cela lui est pénible, qu’il s’en abstienne. Le fait de préférer que la personne jeûne se base sur ces preuves :

  • Premièrement :

Cela est une pratique du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam). Abû Dardâ (radhiallâhu ‘anhu) a dit « Nous étions en compagnie du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) au cours d’un jour marqué par une canicule si sévère que nous mettions nos mains sur nos têtes afin de nous protéger. Et seul le Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam) et Abdullâh Ibn Rawâhah observait le jeûne ce jour là. » Rapporté par Muslim [1]

  • Deuxièmement :

Si la personne jeûne, cela lui sera facilité. Car si c’est un jeûne de compensation que la personne fait seul, cela lui sera plus difficile que si elle avait jeûné en sont temps avec les gens. Certes, jeûner pendant le Ramadhân avec les autres rend le jeûne plus facile que celui fait individuellement à titre de rattrapage. Aussi, en prescrivant le jeûne, Allâh -‘Azza wa Djal – a dit :

« Allâh veut pour vous la faciliter, Il ne veut pas pour vous la difficulté »

 [2]

  • Troisièmement :

Jeûner pendant le voyage permet au voyageur de compenser rapidement une obligation. Ce qui est plus sûr, étant donné que l’on ne sait pas ce qui pourrait se passer pour la personne après le Ramadhân. Delà, jeûner permet de compenser rapidement ce qui est dû.

  • Il y a aussi un quatrième avantage :

Quand la personne jeûne pendant le Ramadhân, elle jeûne certes en un temps qui est le meilleur, et qui est le Ramadhân. Ceci dit, si le jeûne implique une quelconque difficulté pour le voyageur, il ne jeûne pas. En effet, quand le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam), lors d’un voyage, vit un rassemblement autour d’un homme qu’on abritait du soleil, il dit : « Qu’est ce que c’est ? »« un jeûneur » – Lui dit on. « Ce n’est pas de la piété que de jeûner en voyage » Il s’adressait ainsi au voyageur qui trouve le jeûne pénible. [3]

C’est pourquoi, quand un jour, [le Prophète] campa et se rendit compte que les jeûneurs étaient abattus à cause de la fatigue et que ceux qui ne jeûnaient pas s’occupaient de l’installation des tentes et du ravitaillement en eau des voyageurs, le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) dit : « Les non jeûneurs ont remporté toute la récompense aujourd’hui. » Rapporté par Muslim. [4]

 

 

[1] Rapporté par al-Bukhârî et Muslim

[2] Coran, 2/185

[3] Rapporté par al-Bukhârî

[4] Madjmu’ Fatâwa de Ibn ’Uthaymîne, Vol-19 p.156-157

occuper son temps durant le Ramadhân

Comment occuper son temps pendant le mois béni de Ramadhân ? (Shaikh Salih al-Fawzân)

10 octobre 2005 sounna

Toutes les louanges sont à Allah pour Ses Faveurs et Sa bonté. Il nous a favorisés en nous permettant d’atteindre le mois de Ramadhân et nous a renforcés par les bonnes œuvres qui nous rapprochent de Lui. Que la paix et le salut soient sur notre Prophète Muhammad, le premier à accomplir les bonnes actions, et sur sa famille et ses Compagnons, ceux qui ont cru en lui, l’ont supporté et ont suivi la lumière qui lui a été révélé. Ce sont eux qui ont réussi.

Ensuite, je vous recommande, ainsi qu’à moi-même la crainte d’Allah aussi bien en ce mois de Ramadhân que les autres mois. Mais Allah a attribué à ce mois un mérite particulier, puisque c’est une occasion unique pour accomplir des bonnes œuvres. Le Prophète صلى الله عليه وسلم invoquait Allah pour pouvoir atteindre Ramadhân. Lorsque le mois de Rajab commençait, il disait : « Ô Allah, couvre-nous de Ta bénédiction pendant Rajab et Sha’bân et permets nous d’atteindre Ramadhân ! »

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم avait l’habitude d’annoncer à ses Compagnons la bonne nouvelle de l’arrivée de Ramadhân, et il leur expliquait ses vertus en disant : « Ô gens, un mois important et béni vous est venu. »

Le Prophète صلى الله عليه وسلم avait également l’habitude d’encourager ses Compagnons à l’effort dans les bonnes actions, obligatoires ou surérogatoires, comme les prières et les aumônes, se montrer bon et bienfaisant, être patient face à l’obéissance à Allah, passer sa journée à jeûner, sa nuit à prier et des heures à réciter le Quran et à faire du dhikr d’Allah.

Ne perdez donc pas votre temps en étant négligeant et en délaissant [les bonnes œuvres], comme les malheureux qui ont oublié Allah, alors Il leur a fait oublié leurs propres personnes. Ils ne tirent aucun bénéfice des occasions de faire le bien, ni ne réalisent leur sacralité ou ne connaissent leur valeur.

Beaucoup de gens ne connaissent rien de ce mois excepté que c’est un mois de nourritures et de boissons variées. Alors ils exagèrent en donnant à leurs âmes ce dont elles ont envie, et en achetant de la nourriture et boissons appétissantes. Il est connu que l’excès de nourriture et de boisson amène la personne à être paresseuse dans les actes d’adoration. Il est donc demandé au musulman de diminuer la prise de nourriture et de boisson, de telle sorte qu’il soit dynamique pour accomplir les actes d’obéissance.

Et certaines personnes ne connaissent le mois de Ramadhân qu’en tant que mois où l’on dort la journée et où l’on reste éveillé la nuit en faisant des choses qui n’ont aucun bénéfice et qui causent du tord. Ils veillent presque toute la nuit ou entièrement, puis dorment la journée même pendant les heures de prières obligatoires. Ils ne vont donc pas prier avec l’assemblée des prieurs et ne prient pas à l’heure prescrite.

Un autre groupe de gens s’assoient devant la table servie lorsque c’est l’heure de rompre le jeûne et délaissent ainsi la prière du Maghrib en groupe. Ces types de gens ne connaissent pas la valeur du mois de Ramadhân, et ne s’empêchent pas de violer sa sacralité avec des veillées interdites, le délaissement des obligations, et l’accomplissement des interdits.

A coté de ces personnes, on trouve ceux qui ne voient en Ramadhân qu’une opportunité de faire du business, exposer leurs marchandises et la recherche de ce bas-monde éphémère. Ils sont donc très actifs dans la vente et l’achat, remplissant les marchés et désertant les mosquées. Et lorsqu’ils vont à la mosquée, ils sont pressés et stressés. Ils ne sont pas détendus car ils ont laissé la prunelle de leurs yeux dans les marchés.

Il y a un autre type de personnes qui considèrent Ramadhân uniquement comme une période de mendicité dans les mosquées et les rues. Ils passent la plupart de leur temps à faire des va-et-vient, se déplacer d’un pays à un autre afin de récolter de l’argent en faisant la manche et en se présentant comme des nécessiteux alors qu’ils sont riches, ou comme des handicapés alors qu’ils sont en bonne santé ! Ils nient la bénédiction d’Allah sur eux en richesses et santé, et prennent les biens des gens injustement. Et ils perdent leur temps précieux dans des choses qui leur sont nuisibles. Ramadhân n’a donc pas de vertu particulière pour ces gens.

Ô Serviteurs d’Allah ! Le Prophète صلى الله عليه وسلم avait l’habitude de faire en ce mois plus d’efforts qu’il n’en faisait les autres mois. Et même s’il était assidu dans l’adoration en tous temps, il s’adonnait durant ce mois à beaucoup de responsabilités qui étaient en réalité des actes d’adoration, mais il laissait les actes préférables pour d’autres plus préférables. Les Salafs ont suivi cet exemple, et ce mois était l’occasion d’ambitions plus hautes, ils s’adonnaient aux bonnes œuvres, passaient leur nuit en Tahajjud et leur journée à jeûner, à faire du dhikr, et à réciter le Quran. Ils fréquentaient les mosquées pour faire ces actes. Nous devons donc comparer notre situation à la leur et voir quelle est la limite de nos capacités en ce mois.

Et nous devons savoir que tout comme les bonnes actions sont multipliées durant ce mois, alors, les mauvaises œuvres sont d’autant plus graves et leur châtiment plus dur. Nous devons donc craindre Allah (subhanahu wa ta’ala) et magnifier la sacralité de ce mois.

وَمَن يُعَظِّمْ حُرُمَاتِ اللَّهِ فَهُوَ خَيْرٌ لَّهُ عِندَ رَبِّهِ

Voilà (ce qui doit être observé) et quiconque prend en haute considération les limites sacrées d’Allah cela lui sera meilleur auprès de son Seigneur. [1]

Qu’Allah nous accorde la possibilité d’avoir des bonnes paroles et actions.

Que la paix et les bénédictions soient sur notre Prophète Muhammad, sa famille et ses Compagnons.

 

[1] Sourate Al-Hajj,verset 30

Source : Ittihaaf Ahlil-Imaan bi Duroos Shahri Ramadaan de Shaikh Salih al-Fawzân

Traduit à partir de Al-Ibaanah.com et du texte en arabe sur www.alfuzan.net

note personnel: le cheikh Al Fawzan est membre du comité des grand savant d’Arabie Saoudite.

Accueillir le Ramadan

 
A l’occasion du mois de Ramadan et du jeûne qui vient de débuter aujourd’hui je vous met se texte  en n’espèrant que la récompense d’Allah.
 
 

Sachons accueillir Ramadan

Shaykh Al-‘Uthaymîn

 

 

Question :

 

Quelle est la sagesse derrière l’obligation du jeûne ?

 

 

Réponse :

Si nous lisons la Parole d’Allah « Ô vous les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, pour que vous atteigniez la piété » (Al-Baqarah : 123), nous voyons quelle est la sagesse dans l’obligation du jeûne, et c’est d’atteindre la piété (taqwâ) et d’adorer Allah. At-Taqwâ consiste à délaisser ce qui est interdit, et plus généralement elle englobe le fait d’accomplir ce qui est ordonné et de laisser ce qui est interdit.

 

Le Prophète a dit : « Celui qui ne laisse pas le mensonge, sa mise en pratique et l’ignorance, Allah n’a pas besoin qu’il laisse sa nourriture et sa boisson. » (Al-Bukhârî). Cela confirme l’ordre pour le jeûneur d’accomplir les obligations et de s’éloigner des choses interdites, paroles et d’actes.

 

Il ne doit pas calomnier les gens, mentir, chercher à causer des différents entre eux, réaliser de ventes illicites, et s’éloigner de tous les interdits. S’il fait cela durant tout le mois, son âme se rectifiera pour le restant de l’année.

 

Mais il est regrettable de voir que la plupart des jeûneurs ne font pas la différence entre leurs jours de jeûne et leurs jours de rupture. Ils restent sur leurs habitudes de délaissement des obligations, d’accomplissement des interdits. On ne voit même pas qu’ils jeûnent, et bien que ces choses n’annulent pas le jeûne, elles en diminuent la récompense, et il se peut même (que leur poids) dépasse celui de la récompense du jeûne, et ainsi ils en perdront la récompense.

Question

 :

 

Quel est le comportement à adopter pendant le jeûne ?

Réponse

 :

 

Fait partie du bon comportement à adopter pendant le jeûne : le fait de craindre Allah en accomplissant Ses ordres et en s’éloignant de Ses interdits, d’après Sa Parole : « Ô vous les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, pour que vous atteigniez la piété » et la parole du Prophète a dit : « Celui qui ne laisse pas le mensonge, sa mise en pratique et l’ignorance, Allah n’a pas besoin qu’il laisse sa nourriture et sa boisson. »

aussi partie du bon comportement le fait de donner beaucoup l’aumône, d’être bon (obéissant envers ceux qui ont autorité sur nous), d’être bienfaisant envers les gens. Surtout pendant Ramadan, car le Prophète était le plus généreux des hommes, et il était plus généreux encore pendant Ramadan, lorsqu’il rencontrait Jibrîl (l’ange Gabriel) qui lui enseignait le Coran (Al-Bukhârî).

Aussi, le fait de s’éloigner de ce qu’Allah a interdit comme mensonge, insulte, tricherie, tromperie, regard interdit, écoute interdite, et d’autres choses encore parmi les actes interdits dont le jeûneur et les gens (en général) doivent s’éloigner, mais plus encore pour le jeûneur.

Aussi, le fait de prendre le repas de fin de nuit (sahûr), et de le repousser au dernier moment, d’après la parole du Prophète : « Prenez le sahûr car il contient une bénédiction. » (Al-Bukhârî, Muslim).

Aussi, le fait de rompre avec des dattes fraîches, s’il n’en trouve pas alors des dattes sèches, et s’il n’en trouve pas alors avec de l’eau. Et qu’il se presse de rompre le jeûne dès que le coucher du soleil est confirmé ou qu’il pense fortement qu’il est couché, d’après la parole du Prophète : « Les gens ne cesseront d’être dans le bien tant qu’ils se presseront de rompre le jeûne… » (Al-Bukhârî, Muslim).

 

Source : Fatâwâ Arkân Al-Islâm p.451/485-486

 

traduit par les frères de salafs.com voir

 

http://www.salafs.com/modules/news/article.php?storyid=10101

 

note personnel: le texte est identique au texte d’origine mentionné dans le lien sauf la parenthèse après le nom Djibril ou j’ai mis ( l’ange Gabriel ) pour que les non musulman comprennent.

La Générosité durant le mois de Ramadan

Explication du chapitre de Riyad-es-salihin
La générosité pendant le mois de ramadan

Chapitre 218 : La générosité et la bienfaisance. Faire de bonnes actions, et le devoir de multiplier les œuvres de bien pendant le mois du Ramadan et d’en faire plus encore durant les dix derniers jours de ramadan.

-1222. "Ibn ‘Abbâss t rapporte que le Messager d’Allah ( Sal Allah alayhi wa salam ) était l’homme le plus généreux. C’était au mois de ramadan, quand il rencontrait l’Ange Gabriel, qu’il était le plus généreux.

 
L’Ange Gabriel le rencontrait chaque nuit de ramadan et lui enseignait le Coran. Le Prophète Sal Allah alayhi wa salam , lorsqu’il se réunissait avec l’Ange Gabriel, était plus généreux à dispenser le bien que le vent qui souffle sans arrêt." Rapporté par Boukhâry et Mouslim.

-1223. D’après Aïcha qu’Allah l’agrée , « Quand entraient les dix dernières nuits de ramadan, le Messager d’Allah Sal Allah alayhi wa salam veillait la nuit, réveillait sa famille, et serrait son pagne autour de sa taille. » Rapporté par Boukhâry et Mouslim.

L’explication.

L’auteur -qu’Allah lui fasse miséricorde- énonce le chapitre de la générosité pendant le mois de ramadan.

La générosité : Qualité qui pousse une personne à sacrifier ce qu’il aime en argent ou en action. La personne est généreuse de son argent en donnant au pauvre, en offrant au riche, et en consolant celui qui en a besoin. Elle est généreuse de ses actions en aidant les gens dans leurs affaires : dans leur voiture, leur magasin, et leur maison. Ainsi, la générosité est la qualité qui pousse à faire don de son argent, et de sa personne. Aussi, rentre peut-être dans le don de sa personne, le don de son prestige en intercédant ou en se plaçant comme médiateur pour autrui pour lui procurer un bienfait ou pour l’éloigner d’un mal, etc..

Le Prophète était comme le décrivait Anas qu’Allah l’agrée : « L’homme le plus généreux » de son argent, sa personne, sa science, son prêche, ses conseils, et tout ce qui peut être utile aux créatures. De plus, il était encore plus généreux pendant le mois du ramadan, car ce mois est celui de la générosité, où Allah est généreux envers Ses serviteurs, et où les gens bienheureux sont généreux envers leurs frères. Allah est munificent (extrêmement généreux) et Il aime la générosité. L’Ange Gabriel u venait voir le Prophète Sal Allah alayhi wa salam toutes les nuits de Ramadan dans lesquelles il lui enseignait le Coran afin qu’il se maintienne dans son cœur, et pour acquérir la récompense de cette étude mutuelle.

Par ailleurs, l’Ange Gabriel u rencontrait le Prophète Sal Allah alayhi wa salam dans un aspect qui nous est inconnu, car c’est un ange parmi les anges donc ils ne sont visibles que si Allah U le veut. « Le Prophète Sal Allah alayhi wa salam , lorsqu’il se réunissait avec l’Ange Gabriel, était plus généreux à dispenser le bien que le vent qui souffle sans arrêt »,
 
ceci signifie que le Prophète Sal Allah alayhi wa salam s’empressait de faire le bien qu’il donnait généreusement de telle sorte qu’il était plus rapide que le vent qui souffle sans arrêt. Le vent qui souffle sans arrêt est un vent envoyé par Allah  qui est très rapide et impétueux, et malgré cela, le Prophète r était plus rapide en générosité à dispenser le bien que ce vent qui souffle sans arrêt.

Ensuite l’auteur mentionna le hadith rapporté par Aïcha qu’Allah l’agrée : « Quand entraient les dix dernières nuits de ramadan, le Messager d’Allah Sal Allah alayhi wa salam veillait la nuit », cela signifie qu’il veillait pour faire le dhikr (rappel d’Allah), pour lire le Coran, accomplir la prière et des adorations. Elle dit ensuite : « il réveillait sa famille, et serrait son pagne autour de sa taille », cela signifie que le Prophète Sal Allah alayhi wa salam les réveillait pour qu’ils prient. Aussi, « il serrait son pagne autour de sa taille », cela signifie qu’il prenait toutes les dispositions pour se donner tout entier à l’accomplissement des œuvres, et refaisait ses forces pour renforcer son adoration. D’un autre côté, on dit que cette expression signifie qu’il évitait d’avoir des rapports sexuels avec les femmes pour passer tout son temps dans l’adoration d’Allah.

Malgré tout, les deux explications sont bonnes. En effet, le Prophète Sal Allah alayhi wa salam se donnait tout entier dans l’adoration les dix dernières nuits de ramadan, et veillait toute la nuit dans l’obéissance à Allah. Ceci fait partie du don de soi, mais en réalité cela est un don généreux provenant d’Allah, et c’est Allah qui comble qui Il veut de ses faveurs.
Si Allah te comble de Ses faveurs c’est à Lui qu’elles reviennent. Allah te comble, un premier temps, de Sa faveur en te facilitant l’accomplissement de ton œuvre, ensuite, dans un second temps, Il te comble de Sa faveur en acceptant cette œuvre. Je demande à Allah qu’Il nous mène, ainsi que vous, vers ce qu’Il aime.

Traduit par l’association Aux Sources de l’Islam

source : www.sourceislam.com

 
Je vous invite donc tous et moi en 1er à suivre l’exemple de notre prophète Muhammad Sal Allah alayhi wa salam à l’occasion de ce mois de Ramadan insh’a Allah à être généreux et à multiplier les bonne actions
 
Ibn ‘Abbâss t rapporte que le Messager d’Allah ( Sal Allah alayhi wa salam ) était l’homme le plus généreux. C’était au mois de ramadan, quand il rencontrait l’Ange Gabriel, qu’il était le plus généreux…"
 
et je vous invite donc insh’a Allah ainsi que moi même à montrer le bon comportement que nous a enseigner notre prophète Muhammad sal Allah alayhi wa salam et donc de montrer au gens qui ne savent pas ce qu’est l’Islam car nous avons une grande responsabilité et nous avons un engagement envers Allah, c’est à nous de montrer aux gens qui ne savent pas le bienfait de l’Islam qu’Allah nous à accorder, et de vouloir la guidée des gens comme Allah nous à guider, certe c’est Allah qui guide et qui égare. De cet manière les gens découvrirons ce qu’est l’Islam loin de tous ces mensonges qu’ont leurs racontes et des choses que l’ont mes sur le compte de l’islam comme les attentats, le maltraitages de la femmes, et bien d’autres choses dont l’Islam n’a rien avoir et est contre toute ces choses je vous incite donc à  moi même en 1er et ensuite a vous à dépensez dans le sentier d’Allah durant ce mois de Ramadan
 
"Ils t’interrogent: ‹Qu’est-ce qu’on doit dépenser?› – Dis: ‹Ce que vous dépensez de bien devrait être pour les pères et mère, les proches, les orphelins, les pauvres et les voyageurs indigents. Et tout ce que vous faites de bien, vraiment Allah le sait›."
 
 
Sourate 2 Verset 215 du Saint Coran
 
 

« Et faite le bien. Car Allah aime les bienfaisants » [sourate 2 V195]